Dans le cadre de mes activités associatives, pour lequel je reste dans le milieu du numérique de près ou de loin, j'ai décidé de participer à un Fablab cette année. 

Bien entendu, outre l'idée d'apprendre à utiliser du matériel numérique un peu différent, comme de l'impression 3D voire ultérieurement du frittage, j'ai commencé un petit peu à regarder comment conceptualiser ma première pièce. Cet article, c'est le résultat d'environ 2 heures d'intérêt pour cette nouvelle activité, je suis conscient qu'il n'y a absolument aucune compétence formelle acquise . Juste de la découverte. Mais je partage tout (enfin presque...)
A l'aide des personnels présents dans mon association, j'ai débuté une légère formation sur un outil de conception en ligne, accessible au travers d'un navigateur web, on se connectant simplement au site Web Tinkercad, application web proposer par le monstre Autodesk.

Mon point de départ

Je ne vous présente plus mon grand intérêt pour les données normalisees, voire en Open Data, vous savez très bien ce que j'en pense : c'est fabuleux. J'aoi passé un an à regarder ce que l'on pouvait exploiter, vous vous en rappelez j'espère....
Dans ce cadre, je vais travailler là aussi à partir d'un format ouvert, le format VCF, qui pour rappel, permet de stocker une carte de visite numérique. Cette carte de visite numérique, c'est ni plus ni moins qu'un ensemble de champs qui vous permet de stocker des informations par rapport à votre identité.
Je ne vais pas vous faire un cours complet sur le format Variante Call Format, mais je ne peux que vous renvoyer vers un article surl'encyclopédie Wikipédia qui explique comment ce format fonctionne.
En revanche, pour revenir sur les spécificités de ce format, nous allons stocker des informations d'identité dans un fichier texte, fichier qui enregistré avec une extension VCF deviendra une carte de visite numérique.
Le gros intérêt de faire ainsi, c'est qu'un simple éditeur de texte comme vi (mac, Linux) ou Notepad++ permet d'éditer votre carte de visite de n'importe quel endroit. Revenons au fondamentaux, utilisons des formats ouverts.
 

Mon but à atteindre

Vous vous rappelez sûrement de l'article que j'ai posté il y a maintenant deux ou trois semaines, article certes humoristique où je place l'utilisateur dans le cadre d'une soirée échangiste, l'idée n'était pas si débile que ça, l'idée était simplement de pouvoir échanger des cartes de visite sans contact. C'était la raison du cadre de la soirée on reparlera ailleurs. Mais revenons maintenant sur le plan technique, je souhaite par un simple flashage d'un scancode, pouvoir récupérer ma carte de visite.
Comme cette carte de visite, éventuellement donc dlashable dans un cadre de soirée échangiste, je souhaite qu'elle soit rigide (oui je barle bien de ma carte !) et dans une matière neutre, j'ai alors pensé à une impression en PLA dans une matière dite plastique.
Le gros intérêt de cette matière, c'est l'éventuel nettoyage des fluides... (Bah oui quand le champagne coule à flot, à quoi d'autre pensiez vous bande de coquins...)

Mon point de départ

Après avoir lu mon précédent article, vous vous souvenez sûrement que je suis passé par un générateur de flashcode, qui m'a généré un QR code avec un style relativement particulier, puisque chaque carré a été remplacé par des petits points. C'est un choix purement artistique, en aucun cas ce choix est technique, proposé par le site de génération du QRCode.
Cette image au format JPEG, je lui ai importé dans le Concepteur tinker CAD. Mais cet import, je ne l'ai pas fait n'importe comment.

Méthode d'import d'un fichier 2D pour le transformer en 3D

 Et oui, si je parle d'impression 3D, l'idée est bien de passer sur une imprimante 3D et non une imprimante à papier. Ainsi, avec l'outil TinkerCAD, j'ai effectué dans un premier temps mon import de mon QR code. Ainsi, après avoir généré mon flashcode au format JPEG, je l'ai transformé dans un format 3D, le format STL, au moyen d'un outil il y a aussi en ligne, anyconv.
Ce site web, ou plutôt pourrais-je dire ce logiciel en ligne interfacé par un site web, vous permet de convertir votre fichier dans un format de départ vers un autre fichier dans un autre format d'arrivée. Je ne vous cache pas que transformer un format JPEG en 3D, je me suis posé la question sur le bien-fondé de mon idée. Il se trouve le mon idée n'était pas si débile que ça puisque ce site web a bien effectué la conversion d'un fichier images en un fichier 3D !

 J'ai mon 3D, qu'en fais-je ?

A l'issu du processus de conversion, nous nous retrouvons avec un fichier au format STL, format de conception 3D. Enfin !
J'ai enregistré sur le disque dur ce fichier, afin de l'avoir localement sur mon poste de travail.
En passant ensuite sur tinkerCAD, j'ai pu effectuer un import d'un fichier 2D. J'aurais tendance à parler de fichier "plat", mais en tant qu'informaticien je me refuse cette terminologie car un fichier plat a une toute autre signification dans le domaine informatique. Mais nous sommes bien d'accord que nous nous sommes partis d'un QR code sous la forme d'un format JPEG 2D, et nous avons converti en format 3D.

Et c'est tout non ?

En fait presque, en voulant jouer un peu avec tinkerCAD, je me suis rendu compte que j'avais totalement oublié une chose fondamentale dans l'impression 3D, élément dont je n'ai pas encore l'habitude de m'en occuper, il s'agit en l'occurrence de coter mon élément. C'est à cet instant que je me suis rappelé du bon conseil de mon grand-père qui ne comprenait pas que je ne prenne jamais de côtes lors de mes réalisations. En effet, j'ai toujours fait avec ce que j'avais sous la main. Mais là nous sommes dans un autre environnement, et je me suis rendu compte, surtout à aide des personnels présents à l'association et qui m'ont aidé dans cette conception, que la petite plaque que j'avais eu tant de mal à mettre en place, ne faisait que ... 2 cm de haut tout compris ! Mon QR code était donc inférieur à 2 cm de large. Un peu petit quand même

Mise en place de côtes normalisées

Peut-être est-ce dû à mon côté informaticien qui aime bien travailler avec des normes, je me suis rendu sur un super outil sur Internet dont je vous partage le lien, il s'appelle Google. Vous connaissez ? :-)
J'y'ai fait la requête suivante : "dimensions carte crédit". Je vous rappelle que je souhaitais simplement imprimer un QR code avec mes informations de carte de visite personnelles, afin de pouvoir le faire flasher par un Utilisateur. Rappelez-vous le contexte, nous sommes dans un cadre d'une boîte échangiste ou l'idée était d'éviter des contacts. Même si cela reste paradoxal...
Afin de trouver ces cotations, ma recherche Google a renvoyé sur un petit site méconnu : Wikipédia. Comme ceci est collaboratif, j'ai toujours de gros doutes sur la qualité de l'information affichée. Il paraît que en général il y a peu d'erreurs. Ainsi, en lisant et article complet carte de paiement sur Wikipédia, le premier paragraphe, que dis-je la première phrase, stipule :
 
 Une carte de paiement est un moyen de paiement se présentant sous la forme d'une carte plastique mesurant 85,60 x 53,98 mm.
 
Afin de m'assurer de la bonne information, j'ai croisé mes recherches et j'ai trouvé, des informations similaires sur d'autres sites, ou les informations de dimension était arrondi au millimètres strictement supérieur. Nous avons donc des dimensions de 86 par 54 mm (sur le site du GIE des cartes bancaires, un site de professionnels). De chipotons pas sur les arrondis, nous restons dans le cadre d'une impression 3D, mon idée est simplement de pouvoir insérer cette carte dans des emplacements prédéfinis, dans nos portefeuilles ou supports de cartes en l'occurrence. Je ne pense pas que quelques centièmes de millimètres fasse une grosse différence.

Élévation 3D du flashcode

Toujours dans l'outil TinkerCAD, une fois mes fichiers 2D converti en format 3D au travers de l'outil anyconv, j'ai simplement rajouté dans ma conception, un cadre de manière à pouvoir être un support au format carte de crédit, et sur cette "plaque", j'y ai collé mon 3D de mon scan code.
Afin de pouvoir m'identifier, j'ai aussi rajouté mon patronyme sur cette même plaque. Il restait de la place.
Enfin dans le but de ne pas abîmer la conception et le relief des éléments qui vont être imprimés, j'ai ajouté tout autour de ma carte, une bordure qui va permettre de protéger en quelque sorte l'ensemble des éléments en relief.
Mais outre la partie protection en rangeant la carte de son portefeuille, c'est bordure vont avoir un autre rôle primordial.

Et donc pourquoi c'est bordure autour de la carte ?

Je ne suis pas encore un grand Maker, mais je compte le devenir. En revanche, une chose est sûre, bricoleur je le suis un peu.
On m'intéressant un peu aux nouvelles technologies en lien avec l'impression 3D, j'ai découvert un produit absolument fabuleux, utilisé entre autres par certains enseignants de l'acole primaire qui m'entourent, ce produit s'appelle de la résine époxy. Evidemment tout le monde connaît ce produit, à l'école on l'utilisatit pour faire des médaillon pour la fête des mères.
Outre le fait qu'il faut que nous fassions des tests sur la compatibilité entre la résine époxy et les filaments d'impression 3D, le contour autour de la carte va nous permettre de pouvoir couler cette résine époxy afin de protéger l'impression 3D totale de ma carte. C'est donc là le rôle essentiel des bordures du contour.
En recherchant un petit peu sur internet, j'ai trouvé des résines époxy qui sont particulièrement spécifiques à l'impression 3D. Je ne sais pas encore si celle que j'ai et donc compatible avec le PLA, mais je sais qu'on peut en utiliser certaines sur du PLA. Pour l'instant, cela reste très théorique, je suis toujours en phase de conception.

La réalisation

L'idée de conception théorique est toujours en cours. Nous avons bien défini l'ensemble du besoin et l'idée de conception, mais nous ne l'avons encore pas concrètement appliqué et imprimé en 3D. Le projet est donc toujours en cours, l'impression va se faire, et je ne manquerai pas de mettre à jour cet article lorsque j'aurai la réalisation finale terminée. 
Au risque d'en décevoir certains, il va falloir attendre je pense quelques mois pour voir le résultat