Sébastien

Sébastien

Il existe dans FFMPEG un filtre permettant d'ajouter du "lag", une sorte de ralentissement de votre vidéo. Pour y accéder, la commande est

ffmpeg -i "c:\Users\33651\Downloads\Hair - 43633.mp4" -vf lagfun sortie.mp4

samedi, 20 février 2021 09:54

Transformer une image en ... CSS !

Partant du principe que nous avons à peu prés tous désormais un navigateur dit moderne, et notamment dans mon cadre professionnel pour lequel je suis intervenu, j'ai voulu fabriquer grâce à CSS 3 une forme de ticket de boucherie, forme sur laquelle je voulais afficher simplement et la clef primaire d'un enregistrement. Tous les informaticiens comprendrond, pour les autre, je voulais juste afficher la référence unique de l'enregistrement de la base de donnée, pour le retrouver facilement.

Bien que j'ai compris comment fonctionnait, en CSS, la manière de dessiner une forme, il faut bien avouer que le manque de temps (et d'envie) m'empêche de coder le CSS adéquat, pour afficher cette forme relativement complexe.


Source : Pinterest

 
Après quelques recherches sur Internet, je suis tombé sur ce site que je voulais vous faire partager à travers cet article : img2css, hébergé sur le domaine http://javier.xyz.
Le principe est relativement simple. Il repose sur un drag and drop d'une image que vous souhaitez convertir en CSS. Pour ma part, je suis partie d'une image au format JPEG. Je reconnais n'avoir pas testé les autres formats des images.
Comme la forme que je souhaite obtenir en CSS et un ticket de boucherie, cous conviendrez que cette forme peut être qualifiée de complexe (il ne s'agit pas là d'un carré, un rectangle, mais bien un polygone, avec des formes arrondies).
Une petite recherche sur un site d'images libres m'a permis de trouver une image représentant un ticket de boucherie, sur un fond blanc. La couleur du fond a l'air importante, car pour pouvoir sortir la forme du fond, il faut une "zone de rupture", deux couleurs bien distinctes.
Une fois votre drag and drop effectué sur basket zone à l'aide de votre souris, de manière quasiment transparente et instantanée, vous verrez s'afficher à l'écran l'ensemble du code CSS correspondant à l'image que vous souhaitez transformer, aindi que le <div> "portant" le CSS.
Tout ce code est un code HTML, cela signifie que d'une manière technique, votre code généré et tout simplement une division HTML (un <div>), qui va prendre en paramètre une/des propriété de style. C'est dans ce style que la forme va prendre forme.
Un simple copier-coller du code généré dans une page HTML, bien entendu dans le body, va afficher "l'image", ou plutot la <div> et son style que vous avez demandé à transformer en CSS.
Alors, me direz-vous, cette forme et son contenu sont super simple, et je suis d'accord avec vous. C'est la raison pour laquelle j'ai récupéré l'icône représentant le spectacle "Le Lac des cygnes" programmé prochainement dans notre commune. Vous pouvez imaginer la complexité de l'images entre les cygnes, les danseurs, le titre et surtout le dégradé du fond de l'affiche. 
Je n'ai pas été déçu du résultat.
Afin de conclure cet article avec quelques présentation CSS issu d'images, je joins quelques transformations que j'ai réalisé avec cet outil.
 
 Image CSS généré
 lac des cygnes
 
 
lundi, 08 février 2021 21:11

Premier petit module Joomla

Il y a maintenant 15 jours, je me suis attaqué ou développement d'un petit module pour le CMS Joomla, module sans paramètre, permettant d'afficher sous la forme hierarchisée, l'intégralité des tags enregistrés dans votre Joomla. Je m'intéresse uniquement des tags associés à des articles de JoomlaContent. (je ne parlerai pas donc des tags K2, JEvent ou autre composants)

Avec une formation de programmeur plutôt procédural, je dois avouer que les concepts objet ne sont pas du tout mon fort, et j'ai dû faire face à pas mal d'interrogation, grâce notamment au groupe Lorraine, dont les développeurs m'ont aidé à comprendre des concepts, qui m'ont permis d'arriver au résultat que je vais vous présenter.
Petite note à tout les puristes qui vont lire cet article : je vous rappelle que je ne connais absolument pas grand-chose en programmation objet, je ne connais que quelques concepts. En revanche je suis ouvert à tout commentaire.
Dans cet article que je vais donc vous présenter cet affichage sous la forme d'un arbre simple, c'est-à-dire des listes à puce intégrées les unes aux autres.
Le gros point faible je trouve dans la programmation objet, c'est que nous avons besoin d'une multitude de fichiers différents pour se conformer au développement en couches. Même si je comprends le concept, même si je comprends la façon de faire, même si je suis entièrement d'accord avec toute la théorie, je trouve particulièrement pénible et fatiguant de jongler entre les différentes les différentes couches !
Pour les débutants comme moi qui ne comprennent pas de quoi je parle dans les couches, il s'agit de différencier la partie données, la partie interface graphique, et de fabriquer une troisième partie on pourrait symboliser comme ciment de l'ensemble des fonctions. C'est troisième partie qui permet de relier les différentes couches entre elles.
Dans notre cas, les couches vont être des fichiers différents, chacun d'entre eux ayant sa propre fonctionnalité technique, dont voici la présentation.

Un fichier XML

À partir de fichier existant, j'ai fabriqué ce fichier XML dans lequel nous retrouvons de grandes familles d'informations, des métadonnées comme le nom des modules, son auteur, sa version, une description. Parallèlement à ces métadonnées, nous allons rester dans une deuxième partie, l'ensemble des fichiers composants le module que nous sommes en train d'écrire. 
 
Description du module grâce à un fichier XML
 
Comme vous pouvez le voir sur la copie d'écran, dans la balise files, nous allons chaque fichier mis les uns en dessous des autres. L'ensemble de ces fichiers formant le module, on va se référer à ce fichier XML pour savoir de quoi il en retourne.
Sur cet exemple précis, nous voyons un premier fichier XML, c'est-à-dire ce fichier présentement de description compose d'une description, c'est-à-dire à la fois la partie graphique, la partie programme, ainsi qu'une template simple de mon module.
Je vous passe la description de chacune des balises utilisé dans mon fichier XML, vous comprendrez facilement ce que veut dire même, auteur, version, description ainsi que file si vous êtes un tant soit peu anglophones.
 

Capture décran 2021 02 08 à 21.18.53

Le fichier Helper

Grâce à un groupe joomia lorraine sur Facebook, j'ai compris la définition du terme Helper. Suite à ma question "c'est quoi un fichier Helper", un développeur joomla m'a répondu que c'était une classe générique permettant de répertorier des fonctions utiles partout et qui ne sont pas liées à des vues ou actions."
Du coup, le développeur souligne le fait mais cela tombe sous le sens, c'est une classe statique pouvant être appelée de n'importe où. On peut donc voir un fichiers helper comme une trousse à outils, dans laquelle nous allons piocher les outils dont nous avons besoin au moment où ce besoin se présente. Pour celles et ceux qui comme moi ne maîtrisent pas entièrement encore la programmation objet, le développeur souligne qu'un fichier helper n'a pas besoin de sa classe pour être instanciée puisqu'elle est statique.
Dans l'exemple que je vous propose, je crée une méthode qui s'appelle getHello() - je dois vous avouer que j'ai travaillé à partir d'autres fichiers qui comportent ce nom, le nom de cette méthode n'est donc pas logique -, méthode qui dans notre cas va récupérer des informations issues de ma base de données afin de les afficher.
Comme nous sommes en programmation objet avec différentes couches bien séparées, ces informations, une fois récupérées, je ne devrais pas les afficher directement, mais les balancer dans une vue. (je ne l'ai pas fait ici)
Je vais donc dans un premier temps, récupérer ces informations. Cette action s'effectue par l'ensemble de ma classe GetHello(). Une fois ces informations récupérées dans un curseur, c'est-à-dire un espace mémoire où je récupère toutes les informations issues de ma base de données, je vais les afficher.
Je parcours donc mon curseur de résultats, et pour chacun d'entre eux, je vais rechercher la propriété level , propriété affichant le niveau du tags. Je compare si ce niveau est supérieur ou inférieur au niveau lu précédemment dans ma boucle. Dans la mesure où j'affiche mes tags dans des listes à puce imbriquées, je dois pouvoir détecter si mon élément courant je suis en train de lire est au même niveau que le précédent, s'il est enfant du précédent, ou bien s'il est parent du précédent, afin de pouvoir organiser les <ul> et <li>.
Pour pouvoir faire le faire, étant donné que nous sommes dans une boucle, j'utilise une variable tampon qui stocke le niveau de l'élément précédent, cette valeur et en stocker dans la base de données, afin de pouvoir dans cette même boucle, comparer si l'élément courant est fis où ancêtre de l'élément lu précédemment.
En fonction du cas, je crée une liste à puce enfant où je reviens au niveau parents dans ma liste, symbolisé dans mon code par l'affichage de <il> ou</ul>.
Désormais que j'ai la liste des tags lus depuis ma base de données, je dois, pour chacun d'entre eux, lui affecter un lien permettant, lorsque l'utilisateur cliquer dessus, au programme joomia de relier les enregistrement taggés avec ce tag. J'ai codé ici l'adresse url en récupérant l'adresse courante à partir des variables d'environnement serveur que PHP nous donne. Je me suis inspirée des url fourni dans Joomla à partir d'un tag.
 <?php
public static function getHello($params) {
// Obtain a database connection

$db = JFactory::getDbo(); // Retrievetheshout
$query = $db
  ->getQuery(true) //retourne un nouvel objet avec TRUE
  ->
select($db->quoteName('title')) //Nomdu champs ds laBDD
  ->from($db->quoteName('joomla_tags')) //nom de la table
  ->order('path ASC');

$db- >setQuery( $query);
$column = $db- >loadColumn();
$t = $db->loadRowList();
echo '<div class="hashtags" >' ;
echo '<div style="background-color: yellow;color:red;border:2px solid blue;">Plan des hashtags</div>';
$result = $db->loadObjectList();
echo "<ul>";
$sav_niveau=0;
for ($i=0;$i<count($result) ; $i ++) {
  if ($result[$i]->level < $sav_niveau){
 echo "</ul>"; 
}
  if ($result[$i]->level > $sav_niveau){
        echo "<ul>";
  }
   // "calcul de l'URL du lien à mettre
     $URL = strpos(strtolower($_SERVER['SERVER_PROTOCOL']),'https') === FALSE?'http' : 'https';
   $URL .= "://". $_SERVER['HTTP_HOST'];
   $URL . = $_SERVER['SCRIPT_NAME'] ;
   $URL . = $_SERVER['QUERY_STRING'] ;
   $URL .= "/component/tags/tag/";
   echo '<li><a href="'.$URL.$result[$i]->alias.'">'. $result[$i]->title.' ('.$result[$i]->level.')</a></li>';
   $sav_niveau=$result[$i]->level ;

   $sav_niveau=$result[$i]->level ;
   }
   echo "</ul>";
   echo "</div>";
}
}
?>

Le fichier tmpl/default.modTree.php

Afficher permet le point d'entrée du mobile. Je ne vous cacherai pas que c'est un simple copier-coller adapté avec, que je n'ai pas touché. À priorie, ce fichier permet de définir une variable à jumia, intégrer le fichier Helper.php, et de définir cake paramètres ainsi que afficher le layout.
<?php 
// Nodirect access 
defined('_JEXEC') or die;// Include the syndicate functions only once 
require_once dirname(__FILE__) . '/helper.php';
$hello = modHelloWorldHelper::getHello($params);
require JModuleHelper::getLayoutPath('mod_treeTags'); 
?>

Le fichier modèle

Dans mon répertoire de modèle, qui s'appelle TMPL, nous allons créer le fichier par défaut intitulé default.php.
Un fichier défini _JEXEC, correspondant à un point d'entrée sécurisée dans le code de joomia. 
<?php 
// Nodirect access 
defined('_JEXEC') or die;// Include the syndicate functions only once 
require_once dirname(__FILE__) . '/helper.php';
$hello = modHelloWorldHelper::getHello($params);
require JModuleHelper::getLayoutPath('mod_treeTags'); 

Sur la vidéo, un bug est survenue : le dossier dont je parle ne s'affiche pas. Téléchargez mon archive avant de visualiser la video pour suivre

zip

 

Cette technique, tré utilisé sur les aperçus des site pornographiquesn permet de faire un mini-film a partir d'un film lon, du dit film. Le résulta sera la concatenation sc scème clef de votre film, scene que vous allez extraire et concaténer, via cette commande

ffmpeg -i in.mp4 -vf "select='between(t,235,238)+between(t,490,493)+between(t,870,873)+between(t,1200,1203)',setpts=N/FRAME_RATE/TB,scale=640:-2" -an out.mp4 Dans la clause select, spécifier pour chacune des scenes clef, des valeurs en secondes de début et de fin des scènes à récupérer du fichier en entrée (in.mp4)

 

dimanche, 10 janvier 2021 09:40

HypeAuditor

Avez-vous déjà entendu parler de la plate-forme Hypeauditor ?

J'ai découvert ce service cette semaine et j'ai commencé à m'y intéresser, tout du moins dans sa version gratuite comme d'habitude. Hype auditor propose une analyse marketing les différents contenus de vos réseaux sociaux, au travers de plusieurs outils gratuits au sein d'un pack, mais aussi d'autres éléments payant (et donc plus pointus) dans une version évoluée
.hype
Dans sa version gratuite, la plateforme vous met à votre disposition :
  • Un calculateur d'engagement sur Instagram
  • Un calculateur de revenu pour instagram
  • L'analyse de l'audit de votre compte Instagram et le contrôle des faux followers
  • Un calculateur de revenus pour la plateforme YouTube
  • Un vérificateur de qualité de votre chaîne Youtube
  • Un calculateur d'EMV qui est en fait la valeur de votre exposition médiatique sur les sociaux de votre structure
  • Et enfin pour terminer un outil vérifiant la qualité de votre compte Tik-Tok.
Nous pouvons constater que dans la version gratuite, beaucoup d'outils sont accessibles. Pour chacun d'entre eux, vous pouvez les essayer en cliquant sur le bouton idoine, mais vous pouvez aussi, en fonction de la plateforme que vous avez choisie, ne voir afficher que ceux vous intéressant.
Après avoir effectué une connexion au travers de votre compte Google ou de saisie d'un véritable compte sur la plate-forme, nous pouvons commencer l'analyse de nos données. Dans la partie de droite, vous avez une barre qui va vous donner accès à l'ensemble des données vous intéressant. Comme souvent, le premier lien renvoie sur la page d'accueil.

barreHypeCommençons par la découverte des influenceurs. Hype auditor vous affiche d'une manière générale, les grands influenceurs de ce monde, triés par plateforme, avec pour chacun d'entre eux le nombre de followers, la qualité d'audience, la catégorie sur laquelle les influenceurs travaillent, mais aussi une rubrique "AQS" représentant l'Audience Quality Score. Sur cette partie, pour chacun des influenceurs listé par l'outil, vous pouvez voir leur rapport détaillé en cliquant sur le lien idoine. Je profite de cette information pour spécifier que, pour être intégré à l'outil, et pour pouvoir récupérer toutes les informations marketing, l'influenceur doit a priori avoir au minimum 1000 followers pour être pris en compte. En dessous, aucune information statistique n'est accessible dans l'outil.

Vous êtes intéressé par un influenceur particulier, vous souhaitez avoir des informations spécifiques sur l'un ou l'une d'entre elles, cet outil vous propose aussi la possibilité de saisir son nom afin d'en récupérer les informations. En saisissant le nom d'une chaîne YouTube dans le moteur de recherche adéquat, vous pouvez trouver une liste des informations que l'outil a intégré, à des fins d'analyse marketing. Dans un premier temps, pour l'ensemble des résultats trouvés, vous allez avoir pour chacun d'entre eux le nombre de followers sur Youtube, le taux d'engagement, un score de qualité de la chaîne que nous retrouvons sous l'acronyme SQC, la catégorie à laquelle la chaîne appartient, ainsi que trois liens vous permettant de visualiser la chaîne en elle-même via un simple lien hypertexte, ajouter à une liste personnalisée la chaîne vous intéressant, et enfin voir un rapport détaillé de cette chaîne. Dans ce rapport détaillé, vous pouvez retrouver, après avoir saisi le nombre de jours passés vous intéressant, par multiples de 30 jours, des statistiques, des graphiques, des comparaisons, le nombre moyen de vidéos vues par l'utilisateur, mais aussi des informations plus financières, un calcul du taux de CPM, des analyses de contenu.... Vous retrouverez même au sein de ce rapport, des liens vers des chaînes similaires.
synthese hype
La 3e rubrique proposée par l'outils est une analyse de l'activité Tik Tok. Même principe de présentation, vous retrouvez une liste des influenceurs au travers des réseaux sociaux listés, avec pour chacun d'entre eux les même rubriques que celles mentionnées dans mon paragraphe précédent.
Sur cette même interface, vous avez la possibilité de filtrer des informations afin de lister des influenceurs selon certains critères comme le pays, son genre, s'il est certifié ou pas.. Seul petit bémol, uniquement deux choix sont disponibles dans le genre de l'influenceur, à une époque où un troisième genre est prôné, il est ici absent.
L'outil est vraiment conçu pour que vous puissiez suivre des influenceurs. Ainsi, vous avez la possibilité de créer des listes de personnes que vous souhaitez suivre, au fil du temps. Vous retrouverez ces listes dans le menu principal dénommé Analyse des influenceurs. Cela vous permettra donc de retrouver rapidement les influenceurs que vous souhaitez suivre, sachant que vous avez bien entendu la possibilité de créer plusieurs listes.
Vous êtes aussi intéressé par la manière de faire de vos concurrents, vous êtes aussi intéressé sur les meilleurs comptes les tendances notamment sur Instagram ? L'outil vous propose dans sa partie analyse de marché, un ensemble de comptes les plus tendance. Cet outil peut-être fort intéressant pour voir comment les autres comptes font pour trouver et fabriquer une meilleure influence, pour s'en inspirer.
 
Vous êtes intéressé par la façon de faire d'un compte spécifique ? Vous avez aussi la possibilité d'intégrer ce compte spécifique au sein de la plate-forme, afin de le suivre plus facilement. Ainsi vous trouverez rapidement un lien direct pour voir la manière de faire de ce compte.

hype recherche

Vous pouvez enfin, dans sa version payante, mais en accès gratuit pendant les 14 premiers jours de votre abonnement, utiliser l'outil de comparaison proposée par Hypeauditor. Vous pouvez ainsi visualiser la comparaison entre comptes
Au niveau de la tarification, bien que vous ayez un compte gratuit avec quelques fonctionnalités gratuites, qui à mon avis ne sont utiles que pour des utilisations personnelles, propose des formules qui sont tout à 299 dollar par mois. Si la tarification est la même pour l'ensemble des offres, c'est en fait le contenu qui est différent. Vous pouvez avoir dans l'offre de base uniquement 50 rapports par mois, mais dans l'offre la plus chère, vous trouverez 20 rapports par mois ainsi qu'un suivi de campagne, 1 tracking de compte, et enfin un comparatif de compte. Les packs sont totalement différents en terme de fonctionnalités.
Vous avez aussi la possibilité de passer sur une tarification annuelle. Dans ce cas vous économisez 16 % de la tarification globale, même s'il faut quand même débourser près de 3000 dollars par an pour accéder aux services.
Depuis quelques temps déjà, depuis que j'ai découvert cet outil, je l'utilise pour mon autre site internet que je souhaite suivre, notamment au niveau de sa mise en ligne et du taux d'inactivité de la part de mon ancien hebergeur.  En effet, nous avions découvert pas mal de coupures web sur la plate-forme sur laquelle nous étions hébergés.
L'outil Host-tracker permet en effet de suivre l'état de votre site internet, à savoir s'il se trouve en ligne, ou si votre site internet a été déconnecté du web. En effet, pour des raisons techniques ou de maintenance, votre hébergeur peut ne pas mettre en ligne le site internet en question.
Le site internet Host Tracker que je vous présente aujourd'hui à plusieurs niveaux d'abonnements. Comme à notre habitude nous allons visualiser la partie gratuite de ce site. La grande différence entre la version gratuite et payante de Host-Tracker, se situe dans le fait du nombre de tests réalisés en une heure pour savoir si le site suivi est toujours en ligne ou pas. Dans la version gratuite, il n'est pas possible de faire plus de 2 tests par heure. Ce qui est déjà pas mal pour suivre un petit site non professionnel.
Le principe est relativement simple. Après avoir créé votre compte gratuit sur le site, vous pouvez renseigner l'ensemble des sites vous appartenant, que vous souhaitez suivre.  Toutes les demi-heures, HostTracker va regarder si votre site est en ligne ou pas. Lorsqu'il détecte une absence de réponse du serveur, vous allez recevoir par mail à l'adresse que vous avez indiqué lors de votre abonnement, une notification vous stipulant que votre site internet ne répond pas.
Pour l'ensemble des sites que vous suivez, vous avez la possibilité, de vous abonner ou non, à des notifications par mail. Vous pouvez recevoir un mail lorsque votre site ne répond pas, mais aussi recevoir un mail lorsque suite à une non-réponse, votre site redevient en ligne.
Host Tracker vous permet même d'intégrer à votre site Internet ou du moins à une page web, un petit widget permettant d'afficher sur une ligne de temps, le nombre de downtime ou en uptime, et de maintenance.
Vous pouvez bien entendu spécifier et configurer vos alertes pour plusieurs sites totalement différents, vous pouvez bien entendu prendre un abonnement, permettant de regarder avec une plus grande fréquence, si votre site est en ligne ou pas. Par défaut, dans la version gratuite, la fréquence minimale est de 30 minutes, pas moins.
Au niveau de la tarification, vous avez plusieurs packs possibles de 14 dollars à 99 dollars pour 6 mois. Je vous laisse regarder les dernières tarifications de chacune des offres proposées, la différenciation de la tarification reposant essentiellement sur des fonctionnalités supplémentaires ainsi que les intervalles de monitoring comme je disais
Nous pouvons passer de 30 à 5 voire 1 minute(s) d'intervalle. Notons qu'il existe une fonctionnalité payante personnelle à 5 dollars par mois, caché par des fourches, il faut cliquer sur un petit bouton pour la voir apparaître, avec un ensemble de fonctionnalités qui correspond plus précisément aller à gestion d'un petit site web personnel comme celui sur lequel vous êtes en train de lire ce magnifique article.
jeudi, 31 décembre 2020 18:42

Ecrire le timecode dans la video

ffmpeg -i output.mp4 -vcodec libx264 -cmp 22 -vf "drawtext=fontfile=DroidSansMono.ttf: timecode='00\:00\:00\:00': r=23.976: x=(w-tw)/2: y=h-(2*lh): fontcolor=white: box=1: boxcolor=0x00000099" -y output.mov

par défaut, le texte n'est pas très gros. On vas donc augmenter la taille de la police :

ffmpeg -i output.mp4 -vcodec libx264 -cmp 22 -vf "drawtext=fontfile=DroidSansMono.ttf: timecode='09\:57\:00\:00': r=23.976: x=(w-tw)/2: y=h-(2*lh): fontcolor=white: fontsize=30: box=1: boxcolor=0x00000099" -y output.mov

Si vous aussi, vous vous intressez aux différents jeux de données, peut etre que cette information, publiée le 23 décembre 2020, pourra vous interesser. En effet, rapport sur la politique publique de la donnée, des algorithmes et des codes sources vient d'être publié et je vous propose de le dé couvire dès à présent :

Rapport sur la politique publique de la donnée, des algorithmes et des codes sources

Même si en 2020, aujourd'hui, la technologie nous paraît tout à fait normale, lorsque ce concept est sorti dans les années 98 cette technologie était absolument révolutionnaire.

Si mes camarades de BTS lisent un jour cet article, ils se rappelleront dûrement du cours d'anglais, cours d'anglais basé sur des articles technologiques de presse, dont l'un d'entre parlait de la technologie push. Nous avions compris entièrement le concept révolutionnaire à l'époque mais personne ne voyait ce que cela pouvait faire. Désormais le push est partout, à commencer par vos propres notifications sur vos téléphones portables. En effet, toutes notifications que vous recevez rentrent dans la technologie push puisque la notification en elle-même est bien une information qui vient d'un serveur vers votre téléphone, sans que vous en demandez explicitement sont telechargement Si vous avez par exemple votre messagerie Gmail, vous allez avoir un message lorsqu'un mail arrive sur votre boîte mail.

Notification push

Je tiens à préciser au passage que, sur Android, ce sont bien les applications en elles-même qui gèrent les notifications. Ce sont donc l'installation les applications qui met en place la technologie push.
Mais il y a un mais... parmi les applications installées sur votre téléphone portable, vous avez sûrement installé... un navigateur web. Et ce navigateur web (une application donc) emporte tout un système permettant d'encapsuler la notion d'alertes et donc de technologie push.
Désormais que nous avons recontextualisé cette technologie, je souhaitais vous montrer l'utilisation d'un petit site web, vous permettant la mise en place simple et efficace de certaines notification. Le site Pushalert vous permet de préparer l'ensemble de vos notifications de vous souhaitez envoyer à vous utilisateurs, afin de les "empiler" pour les envoyer à une date précise. En partie gratuite, jusqu'à 3000 inscrits à vos alertes, ce site vous permettra d'envoyer les notifications.
Vous pouvez avoir accès évidemment à d'autres possibilités en souscrivant certains autres abonnements proposés par pushAlert, mais, comme à mon habitude, je ne vais m'occuper que de la partie gratuite, je vous laisse le choix de lire la documentation financière afin de savoir ce que vous pouvez faire en plus sur les abonnements payants.
Tout comme une newsletter, vous devez dans un premier temps intégrer un code permettant l'ébonnement de vos utilisateurs à votre site que vous intégrez. Cette technologie se place généralement sur la page d'accueil.

Sur pushAlert, dans la colonne de gauche, vous pouvez vous rendre dans l'onglet integrate vous permettant de récupérer le code qui pourra pouvoir être intégré sur la page sur laquelle vous souhaitez que vos utilisateurs "s'inscrivent" (ou plutôt s'abonnent). Le site est plutôt bien fait puisque vous pouvez intégrer directement un script Javascript, mais aussi intégrer un plugin/module pour WordPress, Joomia évidemment, woocommerce Magento ou encore Shopify.

Une fois que vous avez intégré votre technologie push sur votre page d'accueil, vous allez pouvoir envoyer des notifications à vos abonnés. Pour effectuer cette démarche, toujours sur le site pushAlert, rendez-vous dans l'onglet send notification afin de programmer une notification. Dans l'onglet Send/Schedule, comme le nom l'indique, vous allez pouvoir préparer l'envoi d'une notification à une date et heure précise, mais aussi préparer la notification et son contenu en lui-même. Vous allez remplir un titre, un message, URL de votre site ainsi que d'autres paramètres permettant plutôt une personnalisation de votre message. Par exemple vous allez pouvoir spécifié une petite image particulière.
Si votre utilisateur est devant son navigateur web, et qu'il est abonné à vos notifications, une petite fenêtre pop-up s'ouvrira dans le coin ou droite du navigateur avec le contenu que vous avez spécifié. Dans cette partie d'envoi de la notification, où vous avez personnalisé, vous pouvez ajouter des spécifications de ciblage particulier. Vous pouvez notamment sélectionner ce que l'on appelle un segment, c'est-à-dire un ensemble spécifique d'utilisateurs sur des criteres de votre choix, mais vous pouvez, lorsque vous avez un abonnement payant, seletionner un pays, un device ou un appareil recevoir internet, un système d'exploitation ou encore l'utilisation d'un navigateur spécifique.
Toujours dans la partie avec un compte payant, vous pouvez même spécifier une date et une heure à laquelle votre notification sera envoyée. Ces paramètres sont aussi sur cette même page dans la partie Schedule.
Ce petit article terminé, il n'a pas pour but de montrer l'utilisation de cette technologie mais ce que l'on peut faire avec PushAlert. Cependant, le site éponyme vous propose dans la version payante notamment, d'autre dizaines de spécifications particulières. Vous pouvez notamment récupérer une partie statistique des notifications que vous avez envoyées, vous pouvez automatiser l'envoi de notifications à partir d'un flux RSS. Vous pouvez aussi travailler sur la segmentation de vos utilisateurs cible. Vous pouvez aussi mettre en place des campagnes d'envoi.
Quoi qu'il en soit et quel que soit le niveau que vous avez en informatique, le site PushAlert propose une aide en ligne plutôt claire et bien fait, rédigée 100 % en anglais afin de toucher un maximum de monde, avec des exemples d'intégration dans les CMS, dans différents langages, ou encore dans différents outils comme Shopify. le site propose aussi toute une série de réponses à toutes vos interrogations, qu'elles soient techniques ou de configuration.
Bien entendu, et je m'adresse aux développeurs qui me suivent, vous avez la possibilité d'accéder à différentes API permettant d'intégrer vos propres notifications au sein de vos processus. Une grande partie sur l'API est détaillé, et même agrémentée d'exemples.
Page 1 sur 37